A la Une

                          Paul Bismuth : 3 ans ferme !

Et ça n’est qu’un début…

Coller trois ans ferme pour trafic d’influences à un ex-Président de la République, ça fera peut-être réfléchir tous ces politiciens qui pistonnent allégrement leur nièce, leur épouse ou seulement un affidé, comme ce fut le cas pour Nicolas Sarkozy. Cette condamnation vient à la suite de celle de François Fillon, condamné en juin 2020 à cinq ans de prison, dont deux ferme, pour l’emploi fictif de sa femme Penelope.

In fine, qu’est-ce qui animent ces salauds-là lorsqu’ils exercent le pouvoir ? Lorsqu’ils nous demandent de voter pour eux ? Nous, qui ne sommes pas de leurs proches ou amis, et qui ne profiteront jamais de leurs largesses. Peut-être de juste baisser notre pantalon pour nous tuuut- à sec.

Je crois que nous sommes à des années-lumière du bien public et/ou de l’intérêt général. De ce beau mot de République, inventé par nos (véritables) ancêtres, les Romains : la res publica, la chose commune.