A la Une

 « Pas à droite, pas à gauche » mais quand même : « En marche !® » 

Breaking news : il semblerait que M. Macron pense fortement à instaurer un nouvel impôt, la taxe sur le loyer implicite pour les propriétaires. Une idée de 2013, ressortie des cartons de certains copains de M. Macron quand il était Grand-sachem-à-plumes quai de Bercy. 

Il va falloir qu’on m’explique ! Comment peut-on être « En marche ! » sans savoir si l’on va à droite, ou si l’on va à gauche ? Où va-t-on, à la fin ? En réalité, j’ai la réponse… On fonce droit devant soi, en essayant d’attraper le plus de voix d’électeurs, de tous bords. Jusqu’à se taper la tête dans un mur, celui des faits bruts.

Idéologiquement ce n’est rien d’autre que du consensus hypocrite, façon Sciences-Po. M. Macron, cette outre médiatique pleine de vent, ne veut pas voir les divisions sociales. Il ne sait pas qu’il existe des classes sociales, ou à tout le moins des groupes sociaux avec des intérêts divergents. Il ne sait pas qu’il y a de beaux quartiers et de l’habitat social. Ni que les uns travaillent quand d’autres s’enrichissent en dormant.  Ou plutôt… il ne le sait que trop bien, mais fait comme si.

Encore un qui croit que le réel n’a pas lieu.

Normal, ce monsieur est un attrape-tout. Il lui faut contenter tout un chacun. Il fait une déclaration sur « la colonisation, crime contre l’humanité ». Tout en reconnaissant certains bons côtés à celle-ci. A l’en croire, il n’y aurait pas eu de droits de l’homme en Algérie, sans en passer par les paras et la gégéne. Paradoxal. Puis il prétend que les opposants au mariage pour tous ont été «humiliés», se plaçant à leurs côtés. Mais est-il prêt pour autant à revenir sur cette loi, qui a de toute façon créé des effets juridiques irréversibles ? « Vous n’y pensez pas ! Qu’en dirait mon électorat homosexuel… »

Je connais bien la « Weltanschauung » de M. Macron. C’est : tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… Il n’y a pas de programme – ah quoi bon, puisque plus personne n’a confiance dans la politique ! Et pour cause, après les menteries du précédent locataire de l’Elysée… « Je suis l’ami de tout le monde ! Il faut qu’on parle ! Le dialogue résout tous les problèmes…  » Plus de programme, juste des déclarations, c’est bien suffisant pour les crétins que nous sommes. Chaque fois que ce monsieur parle, je le vois jeter sa canne et pêcher des voix. Un coup à droite (les humiliés du mariage pour tous), un coup à gauche (la colonisation est un génocide) un coup à droite, un coup à gauche.

En surfant comme ça sur les grandes vagues de ressentiment des uns et des autres, sur les mesquineries affairistes d’un François Fion comme sur les raideurs gauchistes d’un Benoît Hamon, Emmanuel Macron a un boulevard devant lui. Le challenger de Marine Le Pen – laquelle est d’ores et déjà qualifiée pour le premier tour – ce sera lui.

Mais avec Marine, ce sera une autre tasse de thé qu’avec les habituels apparatchiks. Marine, c’est une revancharde, pas seulement une humiliée. Une vraie anti-démocrate, dont les partisans sont écartés de toutes les prébendes publiques depuis cinquante ans. Une dure, une sans-merci. Qui n’en a rien à faire qu’on lui colle des casseroles d’emplois fictifs, ce n’est que la suite du grand complot contre elle. Alors dans cette lutte de Madame Virago contre Monsieur Mou-du-bulbe, combien de bouchées faudra-t-il à Marine pour croquer/avaler Emmanuel ? 

Qu’il continue sa pêche aux voix et j’en connais un qui ira à la pêche aux gardons le jour du second tour. D’ailleurs, n’est-il déjà prévu qu’il fasse beau ce jour-là ? Puisque le 7 mai (le dimanche du second tour) tombe pile poile sur un vikend rallongé.