bonheur

Le but de toute existence. Vaste sujet de philosophie, la vraie, celle qui sert à vivre.

Libre à toi de le faire plutôt passer par le sexe, l'argent ou le pouvoir. que par la culture de ton jardin. Métaphorique, bien sûr. Pour ma part, j'ai choisi le jardinage (terre-à-terre) agrémenté de littérature et d'un zeste de zazen.

Pour être sobrement heureux à la façon de Pierre Rabhi le jardinier, il vaut mieux dimensionner ses besoins à ses ressources, plutôt que l'inverse. Ce qu'Epicure appelait les "besoins naturels et nécessaires" sont finalement peu nombreux : manger, boire, baiser, chier, éviter le trop chaud, le trop froid. Tout le reste est au delà du nécessaire.